Les champs de recherche et travaux dES chercheurs adhérents, auteurs et membres de la société bibliographique de France

 

Christine Bénévent est professeur à l’École nationale des chartes (Paris), où elle enseigne l’histoire du livre à l’époque moderne. Ses recherches ont principalement porté sur l’humanisme européen du XVIe siècle, auquel elle a consacré de nombreuses publications, et visent à articuler l’approche littéraire des textes et les apports fondamentaux de la bibliographie matérielle. C’est dans cette perspective qu’elle prépare actuellement l’édition de l’Institution du prince de Guillaume Budé et conduit un projet de recherche soutenu par l’Institut universitaire de France et consacré à la réception d’Érasme dans la France de la Renaissance. Elle organise depuis 2016 les « Rencontres Renouard », cycle annuel de rencontres portant sur le livre à Paris au XVIe siècle.

Shanti Graheli est chercheuse postdoctorale à l’université de Glasgow, où elle poursuit des recherches sur Orlando furioso comme bestseller de la Renaissance. Elle est depuis longtemps une collaboratrice de l’Universal Short Title Catalogue à l’Université de St Andrews. Sa thèse de doctorat (2015) a exploré la circulation et la collection de livres italiens en France au XVIe siècle, et paraîtra sous le titre Italian Books and the French Renaissance (Brill, 2019). Elle est l’autrice de diverses études sur le monde du livre en France et en Italie, notamment ‘Reading the history of the Academia Venetiana through its booklists’ (2013), ‘How to build a library across early-modern Europe. The network of Claude Expilly’ (2016) et ‘Italian Books and French Medical Libraries in the Renaissance’ (2017).

Ann-Marie Hansen est chercheuse postdoctorale associée au département d’histoire de l’université Rennes 2. Elle a obtenu son doctorat de l’université McGill avec une thèse intitulée Une polémique au crépuscule de la République des Lettres : l’affrontement Marchand-Des Maizeaux sur l’édition critique d’œuvres de Bayle. Elle est boursière postdoctorale du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (2017-2019), sa recherche portant sur les interactions de lecteurs avec l’imprimé de langue française produit jusqu’en 1650. Elle est également éditrice de la revue de la Société bibliographique de France, Livre. Revue historique.

Katell Lavéant est professeur associée à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas). Elle est spécialiste de la littérature (théâtre et poésie) des Pays-Bas bourguignons, ainsi que de la culture festive et joyeuse en France (XVe-XVIIe siècles). Dans le domaine de l’histoire du livre, elle étudie plus particulièrement les imprimés de littérature populaire et parodique en français, ainsi que leur réception chez les collectionneurs et les érudits au XIXe siècle. Elle a notamment publié Un théâtre des frontières. La culture dramatique dans les provinces du Nord aux XVe et XVIe siècles (Paradigme, 2011) et travaille actuellement à une édition collective en trois volumes des sotties du XVIe siècle, avec Marie Bouhaïk-Gironès et Jelle Koomans : Recueil des sotties françaises (Classiques Garnier, 2014 – ). 

Rémi Mathis est conservateur à la Bibliothèque nationale de France, chargé des collections du XVIIe siècle au département des Estampes et de la Photographie. Ancien élève de l’École nationale des chartes (archiviste paléographe (2007)), il a travaillé sur les bibliographies nationales rétrospectives (Les bibliographies nationales rétrospectives, entre recherche d’identité et identité de la recherche, 2010) et en particulier sur le STCN (bibliographie néerlandaise), dont les données, traitées statistiquement, lui ont servi de base à des études sur de grands phénomènes culturels liés au livre sous l’Ancien Régime. Auteur de travaux historiques sur le jansénisme, il travaille actuellement à l’établissement de la bibliographie des oeuvres d’Arnauld d’Andilly. Enfin, dans le cadre de son travail à la BnF, il rédige les catalogues de nombreux graveurs français du XVIIe siècle, qui ont largement travaillé pour le livre – et tente d’unifier texte et image dans une étude du patrimoine imprimé.

Lucie Moruzzis est restauratrice à l’atelier des Archives nationales. Elle se forme à la reliure traditionnelle au milieu des années 2000, et intègre les ateliers de reliure et de restauration de la BnF. Lors de son cursus en conservation-restauration à l’Université Paris I, elle écrit un mémoire de fin d’études, soutenu en 2017, sur les liens entre relieurs et restaurateurs de livres et poursuit ses travaux en thèse à l’École des Chartes et à l’Université Rennes 2. Ses travaux visent à poser les premiers jalons pour une meilleure compréhension de l’histoire des soins matériels apportés aux documents depuis la fin du Moyen-Âge. Elle enseigne la reliure aux étudiants de licence de préservation des biens culturels à l’Université Paris I.

Andrew Pettegree est professeur d’histoire moderne à l’université de St Andrews et directeur du Universal Short Title Catalogue. Il est l’auteur de plus d’une douzaine de livres dans les domaines de l’histoire de la Réforme et de l’histoire la communication, dont : Reformation and the Culture of Persuasion (Cambridge University Press, 2005), The Book in the Renaissance (Yale University Press, 2010), The Invention of News (Yale University Press, 2014) et Brand Luther: 1517, Print and the Making of the Reformation (Penguin, 2015). Ses projets actuels incluent ‘Preserving the World’s Rarest Book’s’, une collaboration avec la communauté internationale des bibliothèques financée par la Fondation Andrew W. Mellon. Son plus récent ouvrage, Trading Books in the Age of Rembrandt (rédigé en collaboration avec Arthur der Weduwen), paraîtra en mars 2019.

Malcolm Walsby est un historien travaillant à l’université de Rennes et le co-directeur du Universal Short Title Catalogue. Il est l’auteur de deux monographies: The Counts of Laval. Culture, Patronage and Religion in Fifteenth- and Sixteenth-Century France (Ashgate, 2007) et The Printed Book in Brittany (1480–1600) (Brill, 2011). Il a également dirigé deux  volumes sur l’histoire du livre en Europe ainsi que trois bibliographies sur les livres français et néerlandais aux XVe et XVIe siècles. En 2018, il publiera deux ouvrages supplémentaires intitulés Entre l’atelier et le lecteur. Le commerce du livre imprimé dans la France de la Renaissance (Presses Universitaires de Rennes) et Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600 (Brill). Ses recherches portent actuellement sur la constitution des recueils factices au cours de la Renaissance, et visent à renouveler les méthodes de la bibliographie matérielle.

Arthur der Weduwen est chercheur à l’université de St Andrews et l’auteur de Dutch and Flemish Newspapers of the Seventeenth Century (Brill, 2017). Son doctorat est une étude des efforts gouvernementaux de cultiver l’opinion publique dans les Provinces-Unies du XVIIe siècle. Il est un associé de longue date du Universal Short Title Catalogue, ayant commencé à travailler pour le projet basé à St Andrews lors de sa licence à Exeter. Son plus récent ouvrage, Trading Books in the Age of Rembrandt (rédigé en collaboration avec Andrew Pettegree), paraîtra en mars 2019.